En lien avec la pratique

Le contact avec la base est important. Travailler sur deux fronts (politique et pratique) permet de bien connaître les besoins et attentes de la base, afin de les intégrer dans les actions politiques. Cela permet aussi d’élaborer des initiatives servant à améliorer la situation des régions de montagne.  

Au service des régions et communes

Comment améliorer la compétivité du tourisme alpin? Par des coopérations! Dans un projet Innotour nous avons pu démontrer à ravers d'actions pilotes dans trois régions que cette approche porte ses fruits et nous en avons décliné des recommendations transférables à d'autres régions. 

Au Tessin, j'ai piloté un projet permettant d’utiliser les résidences secondaires, afin de créer des lits chauds. Ce travail s'est fait en collaboration avec la région socio-économique Bellinzonese e Valli, ainsi qu’avec la Société Suisse de Crédit Hôtelier. L’idée de ce projet, qui était soutenu par la Confédération, était de regrouper les résidences secondaires avec des hôtels, au sein de sociétés d’exploitation. Ainsi, il est possible de mieux commercialiser et valoriser les logements de vacances. 

Un autre projet concret est réalisé par l’Association « Bus alpin », que j’ai le plaisir de présider. Le « Bus alpin » renforce les transports publics dans des régions de montagne bénéficiant d’un grand potentiel touristique, mais ne disposant pas de bons services de transport. Actuellement, le « Bus alpin » circule dans 14 régions, dont p.ex. Moosalp (VS), le Binntal (VS), le Jura Vaudois et le Chasseral. 

Conduire des processus stratégiques

Comment préparer l’avenir ? La réponse peut être esquissée dans le cadre de processus stratégiques. Dans se contexte, j’ai eu le plaisir d’élaborer le cahier des charges pour le plan de management du Patrimoine Mondial de l’UNESCO de la région Alpes Suisses Jungfrau-Aletsch, ainsi qu’un plan d’actions, en collaboration avec la population locale. Dans le Binntal (VS), j’ai eu l’occasion de réaliser un plan d’actions touristique. Enfin, dans la région du Toggenburg (SG), j’ai mené un processus stratégique pour favoriser le repositionnement de cette région rurale.

Gestion de projets internationaux

Les projets internationaux permettent de s’inspirer des expériences réalisées dans d’autres régions de montagne, mais aussi d’exporter ses propres compétences. Ces échanges sont toujours très fructueux et profite à l’ensemble des partenaires. Dans l’espace alpin, j’ai dirigé les projets PUSEMOR, ACCESS et INTESI consacrés aux services publics des régions périphériques. Depuis 2018, un nouveau projet dédié à réaliser l'idée des Smart villages est en cours. Et en 2018 et 2019, je pilote u projet eurpéen sur les flux de passagers transfrontaliers dans l'espace alpin. En Roumanie, nous (SAB) avons conduit deux projets pour renforcer l’agriculture de montagne et la sylviculture. 

Préparation et modération de journées d’études

La SAB organise chaque année trois ou quatre journées d’études. Ces journées d’études représentent l’occasion idéale de présenter un thème et de le débattre avec un large public. En plus, j’ai régulièrement l’occasion d’intervenir à des manifestations pour présenter l’avis des régions de montagne. Finalement, j’ai beaucoup de plaisir à modérer des journées d’études ou des tables rondes, comme l’année passée, lors de la Conférence internationale sur les mesures d’adaptations au changement climatique à Vienne. 

Etudes de base

Les études de base sont importantes pour disposer d’informations fiables et pour présenter des thèmes spécifiques. C’est dans ce cadre que nous (SAB) réalisons, tous les deux ans une vue d’ensemble dédiée au développement des régions de montagne. En plus, nous réalisons des études liées à des thématiques particulières comme p.ex. le phénomène de la « fuite des cerveaux ». Cette étude de 2003 a été le point de départ pour la rédaction d’autres travaux consacrés à ce même sujet. Actuellement, notre étude est encore citée en tant que référence.